© Le Doux Silence

Les Compositeurs

Louis Rodet-Abel

Louis Rodet Abel est né en 1983. Il commence le piano et le solfège à 7 ans, attiré par la musique grâce à une famille et un milieu très mélomanes. Très tôt, il s'amuse à retrouver d'oreille des musiques au piano, des accompagnements de chansons, et en vient tout naturellement à l'improvisation: le jeu inépuisable.

Il suit au conservatoire d'Avignon les classes de formation musicale, de piano et d'harmonie, et dans ce contexte spécialisé, très stimulant, s’engage naturellement sur la voie de la composition, sur la voie universitaire conduisant à une agrégation de musique, et enfin celle d'une activité incessante de pianiste et d’une intense pratique vocale.

On retrouve actuellement Louis Rodet Abel comme musicien dans des contextes très variés, mais toujours dans la seule envie que l'émotion musicale puisse être mieux partagée. Il garde toujours ensemble, étroitement reliées, de fortes attaches au jazz, aux musiques traditionnelles, à la chanson, à la musique baroque, et aux polyphonies de la Renaissance.

Ses compositions sont le reflet de ces attaches : des pièces pour piano seul, pour ensembles de cuivres, des concertos, d'autres pièces mélangeant instruments modernes et anciens, certaines pour chœur ou pour ensembles de voix solistes, de la musique de chambre, des chansons...

On retrouve ces mêmes liens dans ses collaborations avec d'autres musiciens, sur le plan vocal en particulier, avec La raison folle, l'ensemble Himna, et le chœur de chambre lyonnais Le Doux Silence.

louisrodet.wixsite.com/louisrodetabel

Victor Page

Photo Victor.jpg

Né en 1994 à Paris, Victor Page approche la musique très tôt, avec dans chaque main une guitare classique et une guitare électrique.

Après le conservatoire Gustave Charpentier (Paris XVIIIe), et le conservatoire Frédéric Chopin (Paris XVe), il entre ensuite au conservatoire de Meudon, où il obtient son DEM de guitare (2015).

Au Lycée de Sèvres, grâce auquel il effectue un stage aux Studios Ferber puis à la Salle Pleyel, il obtient son Brevet de Technicien des Métiers de la Musique (2011). Petit à petit, son goût pour le son évolue naturellement en passion pour la réalisation et le mixage.

Il se passionne également pour la musique vocale en entrant dans le chœur La Voix est Libre en 2008. Il y découvre une partie du répertoire classique mais aussi (et surtout !) divers horizons traditionnels - bulgare, corse, espagnol, géorgien...C’est dans cette ébullition vocale qu’il va commencer, dès 2012, à dessiner les premiers traits de ce qui deviendra six ans plus tard Cent Mille Milliards de Visages (2018 - à paraître).

En 2018, il emménage à Lyon, où différents projets l’attendent. Choriste dans l’ensemble Voca Mundi (prix du Public et premier prix Renaissance aux Florilèges de Tours 2016), il intègre Le Doux Silence, nouvel ensemble vocal de Clément Brun (premier prix du Tremplin pour Jeunes Chefs de Chœurs à la Philharmonie de Paris) qui créera plusieurs de ses nouvelles compositions.

www.victorpage.fr

Sami Naslin

Après un premier contact avec la musique par l'apprentissage des percussions, notamment du djembé, à Mayotte, Sami Naslin déménage à la Réunion où il poursuit sa formation musicale avec la guitare classique. Il étend sa pratique à de nombreux styles musicaux, en particulier le jazz et le métal, et s'imprègne également des rythmes et sonorités de la musique traditionnelle réunionnaise, le maloya.
Arrivé à Montpellier, il termine une formation professionnelle en acoustique avant de s'orienter en 2012 vers une licence de musicologie à l'Université Paul Valéry – Montpellier. Il intègre l'année suivante le Jeune Chœur du CRR de Montpellier, puis en 2014, la classe de composition de Christophe de Coudenhove. En parallèle il se forme en chant, écriture et direction de chœur.
En 2017, il est admis au CNSMD de Lyon, dans la classe de Composition Mixte (électronique et instrumentale) avec Michele Tadini. 
Fort de ses influences diverses, il explore dans ses compositions de nombreux univers sonores en s'efforçant de considérer la musique dans sa double définition : objet sonore en soi et expression d'une subjectivité.